Le Laisser être

Voilà, je viens de déposer mes dernières affaires dans un container. Je n’ai plus de maison et le Monde est ma maison. Tout est possible.
Quand les attachements se désintègrent l’un après l’autre, et que la tristesse fait place à l’acceptation, quand les résistances disparaissent, il se crée un incroyable espace de tranquillité et de possibilités.
Toutes ces aides de dernière minute, des changements de dernière minute, des possibilités de dernière minute !! Juste dire oui et vivre la gratitude du laisser être.
Je n’ai plus de maison extérieure et la maison intérieure est devenue si spacieuse!! Elle me guide vers un ailleurs, celui qui est aussi en soi.
Partir, revenir, suivre le flux de la vie, se laisser surprendre par l’inconnu. C’est ici que je prends la véritable mesure de s’abandonner à la vague de l’océan de conscience.
Ce n’est pas toujours si facile, parfois lorsque la fatigue arrive, j’ai un coup de mou, puis tout d’un coup la situation change d’elle même et me pousse vers d’autres vécus.
La Polynésie vient de nous accueillir, pour un mois, Gaia et moi. Quel magnifique accueil!
En tout cas deux magnifiques jeunes femmes de Tahiti, Ginira et Jenny, nous font l’honneur de nous inviter et nous accompagner pour découvrir leur île et faciliter des classes.
Souvent on me demande « comment fais tu ? ». J’ose à peine répondre « je ne fais rien », tout arrive et je choisis de dire oui. Ça peut paraître prétentieux et cependant c’est cela la vraie vie qui nous est offerte sur cette terre.
Lâcher le contrôle, cesser de s’accrocher, s’abandonner et accueillir les surprises quelles quelles soient.
Parfois le plus vilain des crapauds se transforme en prince. Ne pas se fier aux apparences et réaliser que TOUT absolument tout est un diamant précieux pour nous ramener à soi.
Un immense MERCI à toutes les personnes qui sont venues rendre plus léger ces changements par leur présence, leur aide concrète et cette gentillesse qui m’a souvent mises les larmes aux yeux.
Oui il y a des êtres magnifiques sur cette terre. Et ils sont à côté de nous. Juste ouvrir les yeux du cœur pour les reconnaître.

Gratitude Meena.
17 novembre 2018