Prochainement à Clermont-Ferrand : Gaia et Meena Compagnon, 14 Octobre journée Access Bars et 15-16-17-18 Octobre, les journées Fondation.
+33687381759 contact@meena-compagnon.com

Presse

Les articles de Presse

Comment évoquer le pardon sans parler de la gratitude ? La gratitude d’être là avec vous qui cherchez à aller au-delà des apparences. La gratitude du chemin parcouru envers et contre tout. La gratitude de cette conscience qui grandit au fur et à mesure de la traversée des épreuves. La gratitude de s’émerveiller devant la splendeur de la vie terrestre tout en pensant au grand passage avec sérénité. Ce passage que nous franchirons tous un jour ou l’autre mais dont la date butoir reste un mystere pour la plupart d’entre nous. Peut-on vivre l’expérience du pardon sans vivre celle de la gratitude ? Je ne le crois pas…

Vous pouvez télécharger ci-dessous cet article de Meena Goll sur le pardon

article-pardon-avril17

« Ce qui ne parvient pas à la conscience revient sous forme de destin »  C Jung

Aussi longtemps que je me souvienne, l’univers de la Conscience, de l’inconscient, et du subconscient m’a toujours fasciné. A 12 ans je lisais l’introduction à la psychanalyse de Freud. Je savais, j’ai toujours su, qu’il n’y a pas de liberté lorsqu’on agit contre soi et contre les autres. Sortir de l’action-réaction est devenu le moteur de ma vie surtout après avoir vécu un drame passionnel qui m’a montré que l’on peut créer le pire, à notre insu.
J’ai compris qu’il ne suffit pas d’aimer et de chercher à comprendre pour qu’un être sorte de son enfermement, de son cloisonnement intérieur…

En savoir plus

 

La liberté d’Être est synonyme de Joie, d’expansion, de nouveauté et d’abondance.

Insulte suprême pour ceux qui ont été façonnés à croire que la vie doit être difficile, grave, sérieuse et étriquée.

Nourriture intellectuelle dont le mental et l’égo se nourrissent, arrosée de sauce « il faut et il ne faut pas» et « tu dois et tu ne dois pas »

La Liberté d’Être est farouche, indomptable, imprévisible, attractive.

Elle est Vivance, pleine de ressources, irrévérencieuse, et créative comme une Source jaillissante qui ne cesse jamais de couler

En savoir plus !

 

 

Access Consciousness Bars Approche quantique Libération des mémoires cellulaires par Meena Goll

Vous êtes vous déjà demandé quel était le sens de votre vie et si vous étiez vraiment libres de vos actions et décisions ? Pensez-vous avoir le Choix ? Souvenez-vous de ces  situations répétitives qui vous amènent à croire que le Monde est contre vous, ou que vous n’avez pas de chance. Quels sont donc ces schémas compulsifs et d’où viennent-ils ? Comment stopper ce cercle vicieux infernal ?

La physique quantique nous dévoile que l’univers est un champ vibratoire dans lequel nous sommes assimilés à des antennes émettant et recevant des ondes de même fréquence. La seule façon de modifier la réception est de changer le niveau vibratoire de l’émission. Et la vibration la plus puissante est celle de la pensée et des points de vue qui l’accompagnent. Eux-mêmes issus de mémoires anciennes, enfouies dans l’inconscient familial et collectif. Ces points de vue sclérosés, adoptés à notre insu, sont le foyer de l’Enfer créé par l’Inconscience..

En tant que psychothérapeute et formatrice, j’enseignais déjà des outils de transformation des croyances limitantes et de mise en oeuvre de notre responsabilité vibratoire et créatrice. J’aspirais à encore plus de légèreté et d’efficacité.
J’ai découvert la méthode ACCESS BARS, un peu par hasard, il y a presque deux ans ! J’ignorais totalement de quoi il s’agissait.

Qu’est-ce que Access Consciousness Bars ?

 

En savoir plus…

Tant que la conscience humaine n’aura pas transformé l’antagonisme masculin/féminin en alliance créatrice, nous resterons fragmentés, en guerre avec nous – mêmes, aussi bien au niveau de l’individu , du couple, de la société, que de l’espèce.

En savoir plus

Citation de Meena : « Mariage sans conscience n’est que ruine de l’amour ».

Le Mariage

Danse intérieure du Masculin initiatique et du Féminin sacré

Vous êtes-vous déjà laissés absorber par l’élan de vie qui anime les corps de deux danseurs de tango argentin ? Union d’une technique parfaitement intégrée, et de la fusion des corps enlacés, si proches, si fluides, si présents. C’est une danse troublante, qui demande beaucoup de pratique pour que la technique finisse par être oubliée et soit totalement intégrée. Alors, peut émerger la splendeur de la rencontre du Yin et du Yang qui circule de l’un à l’autre au-delà de la différenciation physique homme et femme. En général, les danseurs expérimentés deviennent vite « accro » à cette danse qui dégage une harmonie de beauté, à la fois vibrante, puissante et sensuelle. Certains n’hésitent pas à parler d’extase.

On retrouve également cette notion d’extase, hors partenaire, cette fois ci, pour les derviches tourneurs qui tournoient sur eux-mêmes pendant des heures et finissent pas se dissoudre dans la danse, pour devenir la danse, pour devenir l’énergie qui met le corps en mouvement. A ce moment, l’union ne se fait plus avec un partenaire mais avec l’univers entier. Le Corps, véhicule Yang, permet aux énergies de se mettre en mouvement à travers lui. Et c’est l’ouverture Yin du danseur qui s’ouvre à l’énergie et se laisse habiter par elle.

 

Un être équilibré, relié ciel et terre est à la fois Yin et Yang, passant d’une énergie à l’autre, entremêlées et indéfinissables quand elles se fondent l’une dans l’autre.

Dans la transe des danses primitives, la vibration du son des tambours fait résonner les énergies de la terre en nous, et finissent par déconnecter le mental. Il ne reste plus que le mouvement et la fusion avec la vibration. Il ne reste plus que la Présence.

Lire la suite…

 

Roger MCGowen : sorti du couloir de la mort

 

par Meena Goll Compagnon
Cliquez ICI pour lire l’article directement sur le site de SOLEIL LEVANT
 J’avais évoqué en juin mon engagement auprès de Roger, qui est depuis 26 ans dans les couloirs de la mort. Ses messages édités dans le livre « Messages de vie du couloir de la mort * » et plus récemment « L’audace d’aimer * », parus aux Editions Jouvence m’avaient bouleversée tant il en émanait le rayonnement d’un être qui choisit de répondre à la haine par l’amour. A l’instar de Mandela, Aung San Suu Kyi et tant d’autres, il montre une autre voie pour stopper le flot de haine et d’inconscience d’une humanité en perte de sens.

Alors vous comprendrez ma joie de partager avec vous cette Bonne nouvelle :
Le 26 novembre 2012, la Cour Suprême des USA a confirmé la suspension de la peine de mort de Roger et lui a accordé le droit à un nouveau procès qui devrait avoir lieu dans les semaines ou les mois à venir. Cela fait 26 ans que Roger se bat pour ce droit élémentaire.


Le vendredi 14 decembre 2012, Roger a quitté le couloir de la mort de Polunsky pour la prison du Harris County à Houston, celle où il avait été emprisonné en 1986 dans l’attente de son procès. Pour rappel : le Harris County détient le record absolu des condamnations à mort aux USA et l’Etat du Texas a jadis retiré à l’avocat commis d’office de Roger le droit de défendre des gens susceptibles d’être condamnés à mort après que tous les clients, sauf deux, si je ne fais erreur, qu’il avait été chargé de défendre aient été condamnés à la peine capitale. Roger est donc à nouveau dans une prison ordinaire, mais l’Etat du Texas, récemment débouté par la Cour Suprême, fait tout ce qu’il peut pour lui manifester son déplaisir ( c’est un euphémisme !… ), lui dire qu’il n’est pas bienvenu et le déstabiliser. Roger a dit au téléphone à un membre du groupe de soutien que la nourriture et les ‘’conditions’’ sont pires qu’à Polunsky. Mais il est heureux !


Mais le chemin vers la liberté ne fait que commencer. Cette procédure requiert un énorme engagement financier : au bas mot 100 000 e pour la révision du procès.
Les bénévoles du comité de soutien ont édité de magnifiques cartes avec des citations de Roger. La somme recueillie sert intégralement à soutenir Roger et les frais inhérents à sa défense…


En achetant ces cartes, en faisant un don au comité de soutien, ou en achetant son dernier livre « L’audace d’aimer » (éd Jouvence) vous apportez votre contribution à la réhabilitation d’un être exceptionnel. En plus vous vous faites un véritable cadeau, car les cartes sont très belles, le livre inspirant et vous pouvez également faire plaisir à un proche.
Tissons la chaine de la solidarité. Vous avez la chance, comme moi, d’oeuvrer à la réhabilitation d’un être qui nous aide à grandir en humanité. Un grand Merci à Pierre Pradervand et Bernard Montaud qui ont fait de cette réhabilitation, un engagement profond dans leur vie.

Tant que la conscience humaine n’aura pas transformé l’antagonisme masculin/féminin en alliance créatrice, nous resterons fragmentés, en guerre avec nous – mêmes, aussi bien au niveau de l’individu , du couple, de la société, que de l’espèce.
En savoir plus

Citation de Meena : « Mariage sans conscience n’est que ruine de l’amour ».

Le Mariage

Danse intérieure du Masculin initiatique et du Féminin sacré

Vous êtes-vous déjà laissés absorber par l’élan de vie qui anime les corps de deux danseurs de tango argentin ? Union d’une technique parfaitement intégrée, et de la fusion des corps enlacés, si proches, si fluides, si présents. C’est une danse troublante, qui demande beaucoup de pratique pour que la technique finisse par être oubliée et soit totalement intégrée. Alors, peut émerger la splendeur de la rencontre du Yin et du Yang qui circule de l’un à l’autre au-delà de la différenciation physique homme et femme. En général, les danseurs expérimentés deviennent vite « accro » à cette danse qui dégage une harmonie de beauté, à la fois vibrante, puissante et sensuelle. Certains n’hésitent pas à parler d’extase.
On retrouve également cette notion d’extase, hors partenaire, cette fois ci, pour les derviches tourneurs qui tournoient sur eux-mêmes pendant des heures et finissent pas se dissoudre dans la danse, pour devenir la danse, pour devenir l’énergie qui met le corps en mouvement. A ce moment, l’union ne se fait plus avec un partenaire mais avec l’univers entier. Le Corps, véhicule Yang, permet aux énergies de se mettre en mouvement à travers lui. Et c’est l’ouverture Yin du danseur qui s’ouvre à l’énergie et se laisse habiter par elle.

Un être équilibré, relié ciel et terre est à la fois Yin et Yang, passant d’une énergie à l’autre, entremêlées et indéfinissables quand elles se fondent l’une dans l’autre.

Dans la transe des danses primitives, la vibration du son des tambours fait résonner les énergies de la terre en nous, et finissent par déconnecter le mental. Il ne reste plus que le mouvement et la fusion avec la vibration. Il ne reste plus que la Présence.

Lire la suite…

Hacerse con el perdòn

Meena Deva Goll, (Francia), padeció la trágica experiencia del suicidio de su marido llevándose consigo a sus dos hijos. Después de varios años de pura travesía del desierto, ha logrado poner todas sus emociones al exterior escribiendo su libro: « Hacerse con el perdón ». Ha sido un trabajo de testimonio, para que el sacrificio de sus hijos no haya sido en balde. Se encontró en la encrucijada de escoger entre el camino de su propio suicidio, el papel de víctima para el resto de su vida, viviendo como un zombi con medicamentos, con trastornos psicosomáticos o bien apostar por una vida donde pudiera realmente sanarse y volver a tener un día, alegría de vivir. Decidió dar el « sí » a la vida y para conseguirlo totalmente tuvo que trascender el mundo de la psicología y llegar al mundo espiritual.

Leer la entrevista de Montse Batlle  : « clic » aqui.

soleil levant

« Le cercle des Fées du monde »

Par Meena Compagnon Goll

Depuis le début de l’Humanité, les Femmes portent la Vie dans leur ventre. Et depuis des décennies, des femmes pleurent sur cette vie qui les a habitées et animées pendant neuf mois. 

Trop souvent, la Vie qu’elles ont offerte au monde est détruite brutalement, par les guerres, par la violence physique et psychique, par la drogue et les maladies, par la corruption, la misère sociale, par le suicide, la déchéance morale et physique et la perte du Sens de la Vie… Au nom de Dieu, au nom de la Patrie, au nom de la Vérité, au nom d’Idéologies politiques, au nom de la Paix, au nom du Progrès, au nom de l’Amour… les êtres humains se déchirent et s’entretuent partout dans le Monde depuis la nuit des temps.

En 2500 ans et sans doute plus, jamais la paix totale n’a existé sur notre magnifique planète. La Peur règne en maître depuis des décennies engendrant les comportements les plus barbares qu’aucun animal ne pourrait concevoir. L’observation montre que la plupart du temps, cette peur archaïque est alimentée par les pensées, par les projections et par les systèmes de croyance qui induisent la séparation…

Le mental, énergie masculine axée sur l’extérieur fait appel au cerveau gauche, programmé depuis des siècles, à réagir à la peur mais non pas à la transformer. Le cerveau gauche ne crée pas, il analyse et imagine, à travers une connaissance antérieure limitée, puisque basée sur le savoir issu de l’expérience, elle-même issue de la mémoire de l’expérience… Il est condamné à répéter sans cesse à travers une programmation ancestrale.
Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il est passé de l’invention de la massue à celle de la bombe atomique ! Il nomme cela : le progrès.

Le cerveau droit, quant à lui, atrophié par des siècles de patriarcat et de dominance yang, est le siège de la création, de l’intuition du « Euréka » émergeant d’une prise de conscience fulgurante, d’une inspiration surgie de l’inconnu. C’est le cœur de l’énergie féminine, le monde intérieur, des sensations et de l’intuition. Il est relié à une magnifique énergie d’Expansion : l’AMOUR

AMOUR ET VIE sont Energies d’expansion et s’expriment par : Ouverture du Coeur, Compassion, Joie, Créativité, Pardon.
PEUR ET MORT sont Energies de contraction et se manifestent par : Fermeture du Coeur, Haine, Tristesse, Répétition, Ressentiment.
Depuis des siècles, l’Humanité alignée sur le modèle masculin, a utilisé l’action et la « con-traction » pour répondre à la peur qu’elle crée en son sein.. Mais cette action déconnectée du Cœur a amené la planète et ses habitants au bord du gouffre. AIMER c’est se LIBERER DE LA PEUR

DE L’AMOUR AU SACRE
Sortant de siècles, de soumission ou de révolte, (les deux faces d’une même pièce), les femmes oeuvrent depuis des années à se reconstruire au-delà du clivage masculin-féminin, au-delà de la dualité. A travers des heures d’introspection et de travail sur elles-mêmes, elles ont fait leurs l’adage écrit sur le Temple de Delphes : « connais toi toi-même et tu connaîtras l’univers ».
Pionnières du développement personnel, elles se sont retrouvées pour épancher leurs larmes et leurs colères, transformant leurs blessures en Amour. Leurs yeux s’ouvrent sur la réalité de ce monde qui émerge de siècles de dualité. Elles découvrent que les facettes, « masculin – féminin » de l’Univers sont en elles. Que chacune sont complémentaires et qu’en refuser une, revient à la projeter à l’extérieur et la diaboliser.Elles sont la clé du nouveau Monde, car servir la Vie c’est servir l’Amour. Et servir l’Amour c’est servir la Vie. Il ne s’agit pas d’un amour mièvre ou romantique qui place l’autre comme source d’amour. Il s’agit de cet Amour qui prend racine au plus profond de soi et que l’on nomme l’Amour Inconditionnel. Un Amour qui englobe tout ce qui EST, ce que la physique quantique nomme le Monde Vibratoire. Nous sommes toutes et tous des cellules de cette Humanité. Lorsqu’une seule cellule souffre c’est tout le corps qui souffre. Lorsqu’on tue une seule cellule c’est le corps entier que l’on tue. Ces femmes savent en leur âme et conscience que tout ce qu’elles font à autrui c’est à elles-mêmes qu’elles le font. Lutter, résister, critiquer, revient à occulter un aspect d’elles-mêmes qu’elles refusent d’accepter et qu’elles retrouveront sur leur chemin tant qu’elles ne l’auront pas reconnu. Elles sont le Monde et le Monde est un miroir d’elles-mêmes. L’humanité ne fait qu’un. Ces femmes ont semé, au cours de laborieuses années de travail personnel souvent exigeant et sans concession, des graines de conscience et d’amour dont les fruits sont à l’image de leur maturité intérieure.

En contactant leur puissance et leur force qui résonnent dans leur utérus comme le tambour de l’Univers, elles s’autorisent à ouvrir leur cœur et à célébrer le mariage alchimique de leurs énergies yin et yang, les libérant pour toujours de leur dépendance à l’autre. Nourries de leur complétude, entières et reliées verticalement à la terre, le cœur et le ciel, elles intègrent cette prise de conscience : il n’y a pas de réelle puissance sans ouverture du cœur, et il ne peut y avoir de réelle ouverture du cœur sans contacter sa propre puissance.

A travers l’énergie de la nature, de la respiration, de la contemplation, elles nourrissent un lien sacré avec la Vie. Elles rayonnent de la joie d’exister et rendent grâce à leur Mère-Terre, leur Mère Divine, leur Mère Cosmique qui les a nourri en son sein. Elles mettent leur masculin au service de leur féminin, l’action au service de l’intuition, la puissance au service du cœur, pour sortir de l’Urgence individuelle et se mettre au service du Collectif. En sacralisant la vie, elles passent de L’Amour Humain à l’Amour Divin, et créent la seule véritable paix possible : LA REALISATION DU SOI

 

LE CERCLE DES FEES DU MONDE

Ces Femmes Éclairées Engagées Solidaires émergent d’une Conscience collective et d’une Urgence féminine en résonance avec la souffrance d’une planète agonisante. Unies par le cœur et la conscience de leur responsabilité face à ce Monde en crise, ces Femmes éclairées s’engagent à s’unir pour Servir la Vie. Leur projet commun est le Changement intérieur individuel et collectif.
L’objectif du Cercle des FEES du Monde est de mettre au Service des femmes, mais aussi des hommes, l’énergie issue de leur transformation individuelle afin de servir collectivement la paix, la vie et l’amour . Cela demande puissance, détermination, amour et humilité. Le Cercle des FEES n’est pas un cercle d’exclusion masculine mais un cercle de retrouvaille entre sœurs, afin d’aider aussi les hommes en chemin à établir le lien coeur – puissance.
Coopérer est une grande aventure humaine engendrée par le plaisir d’être et de faire ensemble, mais pas forcément une chose en particulier. Cette coopération authentique naît de la joie de partager dans un sentiment d’unité et de sororité.
Le Cercle des FEES du MONDE requiert de ne jamais se positionner en personne qui Sait pour l’autre. C’est un cercle vivant, bouillonnant et vigilant.
Il est sous tendu par une Charte acceptée et signée par Toutes. Cette charte évolue en consensus.

La Charte s’inspire entre autre des quatre accords toltèques de RIUAZ et des trois lois spirituelles que sont la loi de résonance, la loi d’attraction et la loi d’attention :
Si tu veux la paix sur terre, fais la paix en toi
Si tu veux l’Abondance et l’Amour crée-les en toi et autour de toi
Si tu juges l’autre, regarde ce que tu refuses d’accepter en toi
Si tu te sens seul, observe là où tu t’es coupé des autres
Si tu es pauvre, trouve en toi la résistance à l’abondance
Si tu constates que l’autre a un super égo, accueille le tien avec tendresse
Si tu ne peux pardonner, observe l’espace où tu refuses de prendre ta responsabilité………
IL n’y a rien qui se manifeste à l’extérieur qui ne soit un miroir de soi-même.
Soyons au Service de la Vie et de la Lumière
Si nous voulons changer l’autre : changeons nous-mêmes
Si nous voulons changer le Monde, changeons nous-mêmes
Exprimons-nous avec cœur, conscience, authenticité et bienveillance
Cultivons l’écoute véritable
Quoi qu’il se passe, n’en faisons pas une affaire personnelle
Evitons de faire des suppositions
Accomplissons nos engagements en faisant de notre mieux
Quoique nous fassions, faisons le totalement et avec passion
Libérons-nous du triangle dramatique : bourreau victime sauveur
Développons Gratitude et Compassion pour tout ce qui Est
Pratiquons quotidiennement la vision intérieure et la méditation
Les fréquences vibratoires, positives ou négatives, que nous émettons, font résonner les mêmes fréquences chez autrui et gagnent en intensité réciproquement (loi de résonance)
Nous sommes totalement responsables de notre vie
Nous attirons chaque événement, personne, circonstance …..qui vibrent sur notre fréquence vibratoire (loi d’attraction)
Nous attirons et créons ce sur quoi nous portons notre attention (loi d’attention)

Créons une Alliance de Cœur et de Conscience avec les Femmes Eclairées Engagées de la Planète dans une Utopie féminine de solidarité et de mise au Service de la Paix, de la Lumière et de la Vie C’est une aventure passionnante, bouleversante, enrichissante Soyons des Femmes Unies pour la vie SOYONS LA PAIX ET L’AMOUR QUE NOUS VOULONS VOIR DANS LE MONDE

SOYONS LE CERCLE DES FEES DU MONDE Pour contacter le Cercle des FEES du MONDE www.feesdumonde.com [avec accès au blog « Fées du Monde » ]

Meena COMPAGNON-GOLL Porte parole des FEES DU MONDE Enseignante en transformation intérieure Auteure des livres « Apprivoiser le pardon » (édition Amrita) Et l’Urgence Féminine (en cours)
meena.compagnon@free.fr

« Initier la paix dans le monde »

Féminibio.com, article du 30/11/2011
Cliquez ici pour lire l’article directement sur le site de Féminin Bio.

Et si la Guerre avait été initiée par le « Double du Divin » uniquement pour que nous sachions faire la Paix?

Fémininbio.com : Initier la paix dans le monde, par Meena CompagnonLa paix dans le Monde !! Qui d’entre nous ne nourrit pas ce rêve !! Mais qui y croit vraiment ? Et surtout qui la vit dans son quotidien ?

Lorsqu’on étudie les principes de la physique quantique, on découvre que tout est projection de notre mental et que nos pensées comme le disait le Bouddha, créent la réalité, créent le monde. Donc si nous voulons la paix dans le monde, nous devons d’abord y croire non pas comme une utopie lointaine et fantasmagorique mais comme une possibilité actuelle et sans limites. Y croire comme une nécessité, comme une évidence, et apprendre à dissoudre toutes les limitations mentales et égotiques qui nous empêchent de l’expérimenter. Et c’est sans doute là que réside le secret. Suis-je en paix avec ma famille, avec mes amis, avec mes voisins? Et si ce n’est pas le cas, est-ce que je suis prêt(e) à sortir de la certitude d’avoir raison (et l’autre tort) qui justifie que je m’enferme dans cette guerre passive ou active ? On se rend souvent compte que la paix surgit non pas parce qu’on a gagné mais parce que les deux partis souhaitent vraiment la paix et sont prêts à lâcher du lest. Les guerres gagnées d’aujourd’hui sont les guerres perdues de demain car le vaincu voudra se venger. Les victimes deviennent oppresseurs et vice-versa, et cela dure depuis la nuit des temps.

Penser que l’autre est la cause de notre colère et de notre souffrance est le poison qui empêche la paix de surgir dans notre microcosme et de ce fait sur la planète. Comment espérer la paix mondiale si elle n’existe pas dans notre quotidien ? Nous devons être conscients que les processus de guerre sont créés par ceux à qui ça profite mais que les peuples sont complices passivement, et par ignorance de leur pouvoir créateur en tant que cellules de l’humanité. Et si cette humanité ne s’éveille pas, et ne s’unit pas dans un processus de sacralisation du vivant, elle a de fortes chances de s’autodétruire. L’avancée technologique, le soit-disant progrès ne peuvent se faire au détriment de la planète et de l’humain. Le suicide de nos jeunes dans la désespérance est une sonnette d’alarme suffisamment grave pour qu’on fasse un arrêt sur image. Comment concilier l’acceptation de la mort de soldats sur des champs de bataille au nom de… quoi au fait ? Et la non-acceptation de la mort de nos jeunes sur le champ de bataille économique et social ?

Les dirigeants politiques sont aussi les reflets de nous-mêmes pour le meilleur comme pour le pire. Eux aussi sont formatés et conditionnés par des systèmes de croyance surannés. Nous devons leur montrer le chemin et sortir des manipulations dans lesquelles nous nous enfermons et enfermons les autres et apprendre à penser par nous-mêmes et à observer et transformer nos attitudes soumises ou réactives.

Quand nous nous laissons hypnotiser par la nourriture industrielle bourrée de pesticides et d’OGM qui remplit les supermarchés et les fast-foods, nous nous rendons coupables de guerre envers le plus beau cadeau de la vie : notre corps, qui va réagir en nous faisant souffrir.

La guerre ne se limite pas aux champs de bataille et aux actes terroristes spectaculaires. Elle est dans nos assiettes, dans nos écoles, dans les séries TV de nos ados, dans notre lit conjugal, dans le non-respect que nous pratiquons les uns envers les autres, dans le massacre des animaux pour notre plaisir gustatif ou les expérimentations, dans la stigmatisation, dans le racisme anti-vieux, dans le saccage de notre planète, dans le manque de temps pour ceux qu’on aime, et l’absence de compréhension pour ceux qu’on aime moins… Elle est partout car elle vient de notre mémoire archaïque.

Les femmes sont les premières à exprimer leur souhait de vivre dans un monde en paix. Elles qui donnent la vie se veulent aussi accoucheuses de paix, et leurs voix montent de plus en plus haut, de plus en plus pacifiquement, afin d’incarner ce qu’elles veulent offrir à leurs enfants.

Le processus de paix passe par un changement de paradigme, par un changement de vision de notre réalité. La personne la plus détestable en face de nous est sans aucun doute la personne idéale pour nous amener à guérir notre mémoire du passé en nous faisant contacter ces blessures enfouies que nous ne voulons pas reconnaître comme étant fossilisées en nous. De façon inconsciente, elles continuent de générer la même énergie qui véhicule le processus victime – bourreau décrit par la Loi d’attraction.

Aujourd’hui nous pouvons dire STOP et décider de changer le processus. Il est temps de permettre à notre mémoire cellulaire d’inscrire une nouvelle réalité possible. Nous devons sortir de la croyance que les guerres sont inéluctables, que nous n’avons pas le pouvoir de stopper le cours des choses. Nous avons tous les pouvoirs.

Allez à contre-courant demande courage et détermination, et une véritable soif de paix.

Nous sommes plus nombreux que nous le pensons. On estime qu’une masse critique de conscience de 15% suffit pour générer un changement global, un saut quantique tel qu’il fut annoncé par Pierre Teilhard de Chardin et tel que développé dans l’expérience du 100ème singe.

Tant que nous vivrons dans l’illusion de la séparation, que nous entretiendrons la dualité , le jugement, la critique, la raillerie, le manque de respect, la rancune etc… nous ne pourrons pas générer la paix dans le monde. Celle-ci ne s’obtient pas avec des lois ni des traités. Elle ne s’obtiendra qu’avec la Conscience que chaque être humain est un frère et que sa souffrance est aussi la nôtre, qu’elle n’a pas de frontière ni de couleur de peau, ni de statut social …..

Surprenons -nous à imaginer un mouvement politique qui appliquerait cette vision d’un nouveau monde. Un mouvement qui reconnaîtrait la terre dans sa totalité comme un être vivant. Un mouvement dont les individus appliqueraient le respect et l’application de lois universelles et les principes de la physique quantique et de la psychologie moderne. Un mouvement qui inspirerait une économie nouvelle basée sur plus de solidarité et de sobriété heureuse. Un mouvement où on mettrait en valeur le BNB (bonheur national brut) qui pourrait devenir le BMB (Bonheur mondial brut). Un mouvement qui s’appliquerait à mettre en oeuvre cette paix et cette humanité et étendrait la vision de Gandhi comme une épidémie sur cette planète.

Nous pouvons devenir les cellules de  ce mouvement. Nous avons en nous tous les possibles. Nous portons tous les espoirs. Hommes ou femmes, nous portons en nous ce féminin sacré et éclairé. Engageons le en faisant alliance avec le masculin qui soutient nos intuitions et nos rêves dans une action concrète. Tissons des liens, enrichissons nous de nos différences, imaginons, rêvons et concrétisons ensemble le monde de demain.

Que 2012 soit l’année du saut quantique politique et planétaire.
Meena Compagnon.

 

REFLETS
Pays : France Date : AVRIL/ JUIN 17
Périodicité : Trimestriel Page de l’article : p.54-56
Page 1/3
Tous droits réservés à l’éditeur TREDANIEL 6818490500504
Infirmière en pédopsychiatrie pendant 10 ans, Meena
Goll devient ensuite psychothérapeute en gestalt
et analyse jungienne.

Vous pouvez télécharger ci-dessous cet article de Meena Goll sur le pardon

article-pardon-avril17

Elle se consacre aujourd’hui à l’accompagnement de ceux qui se sentent prêts au changement et à créer leur
vie au lieu de la subir.

Elle donne des conférences et anime des séminaires.
Formatrice en libération desmémoires cellulaires, elle est une des pionnières
en France de la méthodeAccess Consciousness.
Auteure du livre Apprivoiser
le pardon, éd. Le courrier du
livre.
www.meena-compagnon.com
Comment évoquer le pardon sans parler de la gratitude »? La gratitude d’être la avec vous qui cherchez a alter
au-delà des apparences

La gratitude du chemin parcouru envers et contre tout La gratitude de cette conscience qui grandit au fur et a mesure de la
traversee des épreuves

La gratitude
de s’émerveiller devant la splendeur de la vie terrestre tout en pensant au grand passage avec sérénité
Ce passage que nous franchirons tous un jour ou l’autre maîs dont la date butoir reste un mystere pour la
plupart d’entre nous

Peut-on vivre l’experience du pardon sans vivre celle de la gratitude7 Je ne le croîs pas
Et pourtant, aussi curieux que cela puisse paraître vu que j ai publie un livre dont le titre est « Apprivoiser le
pardon »je n’ai jamais cherche a pardonner Un jour, sans que je m’y attende le pardon est venu a moi Ce jour-la, j’ai su dans mon coeur ce que
signifiait «PAR DONNER»

ll m’a fallu un deuil terrible celui de mes enfants, pour que tout bascule dans ma vie d’une façon irréversible
La nuit du 8 mai 1985, mes enfants ont disparu avec leur pere dans I incendie de notre maison

Pas un accident ! Un suicide orchestre parce que j avais Demande le divorce
Un de ces faits divers qu’on lit dans les journaux et qui semble ne jamais devoir nous concerner

COMMENT IMAGINER MÊME DE CONTINUER À VIVRE?
Une histoire d amour intense, de beaux enfants et puis le décalage entre moi qui deviens indépendante,
plus autonome, plus mature plus sure de moi et un homme qui a du mal a me voir grandir, évoluer et
ouvrir mes ailes  Un besoin qui s est transforme en amour toujours present
maîs moins fusionnel de mon côte et qui blesse narcissiquement cethomme qui a séduit mes J8 ans
Une névrose cachée a tous et qui se réveille brutalement par la réactivation
REFLETS
Pays : France Date : AVRIL/ JUIN 17
Périodicité : Trimestriel Page de l’article : p.54-56
Page 2/3
Tous droits réservés à l’éditeur TREDANIEL 6818490500504
d’une vieille blessure impensable Un homme doux et bon qui commet le geste fatal avec la complicité d un destin peut-être déjà trace
Des concours de circonstances étranges, des synchronicites qui semblent avoir tout ficelé pour que ce drame aboutisse
Je ne rn appesantirai pas sur les détails de ces moments terrifiants Les mots « pas mes enfants M pas eux1 » que je
hurlerai pendant des heures resonnent encore a mes oreilles Comment entendre l’inacceptable9 Comment
imaginer même de continuer a vivre7

C’EST ÉTONNANT COMBIEN LA VIE EST PUISSANTE!

Une descente aux enfers inéluctable1 Le gouffre devant moi Les amis qui disparaissent le travail que je ne peux plus assumer, la belle-famille qui me traite d assassin, le medecin légiste et le commissaire de police qui m’interrogent comme si j’étais un suspect1 Le cauchemar1 Plus rien a quoi rn accrocher, aucune spiritualité, aucun psy ne peuvent adoucir la
douleur Même pas de colere1 Je la contacterai plus tardivement quand le chagrin aura parcouru toutes mes cellules et que je ferai le choix de vivre
avec la force de celle qui n’a plus rien a perdre
C’est étonnant combien la vie est puissante1 Elle tisse des chemins nouveaux a notre insu pour peu que le choix de vivre cree la vibration
nécessaire a cette magie de se lever jour apres jour
Ce choix de vivre, je le dois a Martin Oray A cet homme qui a perdu deux fois sa famille1 Une fois dans les camps de concentration d’où il
s évadera a 15 ans pour atteindre les  Le pardon est un jaillissement du coeur quand on devient conscient du cadeau de la vie sous quelque forme que ce soit.
USA, puis sa femme et ses enfants qui périront dans I incendie de leur maison dans le sud de la France La même ou
je le rencontrerai, dans le Tanneron, pour le remercier d’avoir écrit ce livre
Au nom de tous les miens qui va donner une nouvelle direction a ma vie1 Cet homme a vécu l’inimaginable
et il témoigne de la force de vie qu’il a trouvée en lui Pas de haine pas de plainte1

Un homme droit qui, jusqu’aubout, restera debout pour transformer la haine en paix et en amour i
La lecture de son livre a cree un declic en moi Martin sera mon tuteur de resilience S’il a pu, je peux1
Comment? Je l’ignore ll va me donner la force d oublier I idée de suicide qui me hante chaque jour pour ne plus souffrir ll va me permettre de choisir
de vivre JE CHOISIS pour que mes enfants ne soient pas morts pour rien ‘

CE RIEN DEVANT MOI,
CE NON-DÉSIR DE PERDRE
MON TEMPS ME POUSSAIENT
À ALLER À L’ESSENTIEL

Je sais maintenant que ce choix a permis aux synchronicites de s activer dans ma vie Des guidances invisibles que je ne nommais pas comme telles a cette epoque, rn ont poussée a quitter ma region, mon pays Sans aucun avenir précis, je laissais le navire de ma vie voguer au gré de l’intuition et des rencontres Et finalement ce rien devant moi, ce non-désir de perdre mon temps dans des distractions éphémères et sans intérêt pour moi a
cette période cruciale de ma vie, me poussaient a alter a l’essentiel J’étais happée par de nouveaux chemins L’inconnu me fascinait car il recelait des possibilités qui allaient bien au delà de ce connu qui me réduisait1 Je le sentais1 Je le savais1 D’une certaine façon j’étais en train de mourir a moimême pour renaître de mes cendres Chaque experience prenait forme de chemin initiatique1 Quel paradoxe pour moi qui ne pratiquais aucune religion ni spiritualité i J’avais beaucoup trop peurd’y perdre mon intégrité Je n ai jamais ete une suiveuse Je trace ma voie a ma guise en allant m’abreuver a des sources qui renouvellent mon energie Maîs toujours je continue mon chemin, sans dogmes ni consignes figées De voyages initiatiques en thérapies non orthodoxes, de rencontres en rencontres, d’expériences en expériences, le chagrin, la colere se sont peu a peu éloignes, presque a mon insu Les emotions accueillies ne m’avaient pas détruite et ceci, sans aucun support medicamenteux que j avais toujours refuse Vivre, oui1 Maîs pas comme un zombie1 Des prises de conscience énormes rn avaient également sortie de la peau de la victime J’avais compris peu à
peu que l’univers vibratoire m’avait amenée a être active inconsciemment de ce drame Je découvrais que nous portions en nous des memoires
cellulaires qui ne nous appartiennent pas et qu’il nous est donne de nettoyer G est ce que je faisais en dépassant cette epreuve au lieu de rester figée
dedans, dans une impuissance destructrice
Des expériences intenses comme
REFLETS
Pays : France Date : AVRIL/ JUIN 17
Périodicité : Trimestriel Page de l’article : p.54-56
Page 3/3
Tous droits réservés à l’éditeur TREDANIEL 6818490500504 »> la marche sur le feu ou le saut dans le vide, étaient comme des defis pour
dépasser mes peurs et aller de l’avant Que de mains tendues invisibles, que de guidance1 Sans jamais avoir étudie ce sujet, j’expérimentais les etats modifies de conscience et la presence de cet invisible cache derrière le voile du temps Et puis le voyage ultime l’Inde1 Benares-Vanarasi1 Les foyers de crémation1 Les flammes qui enveloppent les corps des défunts1 Et soudain, comme une grâce qui tombe sur moi, une joie infinie ce qui se
consume n’est qu’une enveloppe1 L’âme danse dans l’univers1

LE PARDON, C’EST QUAND ON RÉALISE QU’IL N’Y A RIEN À PARDONNER

Je SAIS1 ll n’y a pas de mort1 ll y a juste
la vie qui sort de sa forme figée i Je suis
chez moi1 Je suis arrivée! Ma maison est
ici dans mon coeur un coeur conscient1
Je me retourne sur le chemin parcouru
et une gratitude immense m’envahit dans
tout mon être, je pleure, je ris1 UN GRAND
MERCI sort de mon coeur et enveloppe
tous ces êtres que j’ai tant aimes et dont le
depart rn a anéantie J’observe le chemin
parcouru Je n en reviens pas guérie, je
suis guérie1 G est la fm du deuil et le début
du veritable amour Libérée du chagrin je
peux enfin aimer totalement ceux par qui je
suis arrivée ici i
Un cri sort de ma bouche Annick Dewi
et Robert je vous aime1 Merci pour ce
cadeau inestimable1
Le sens du mot « PAR DON » prend alors
toute son ampleur Le pardon, c’est quand
on réalise qu’il n y a rien a pardonner J’ai
tant reçu1 J’ai reçu le don de l’épreuve
parce que je l’ai traversee jusqu au bout1
A l’instar de Martin Oray, si je l’ai fait, tout le
monde le peut aussi
Gratitude-Pardon-Amour la grande trilogie
de la vie Notre veritable maison terrestre
Puisse chacun trouver sa veritable demeure
dans la joie d ÊTRE i •

 

Les conférences et les interviews

 

Apprivoiser le pardon- Conférence Meena COMPAGNON GOLL – » De l’épreuve à la gratitude »

 

Mourir et renaître – Meena Goll interviewée par Charlotte de Silguy sur S17.TV

Retrouvez Meena sur sa chaîne Youtube

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer